•  

    Ninja Assassin

    Ninja Assassin

    Année : 2009

    Genre : Action - Drame - Policier - Arts Martiaux

    Durée : 1h40

     

    Acteurs principaux :

    Bi Rain ► Raizo

    Naomie Harris ► Mika Coretti

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Scénario :

     

    Raizo, jeune ninja orphelin, a été entraîné à tuer par le clan Ozunu. Après l'exécution de son seul ami,  il quitte le clan afin de préparer sa vengeance... Des années plus tard, à Berlin, il tombe sur l'agent Mika Coretti qui, après avoir levé le voile sur une affaire politique mettant en cause une mystérieuse organisation asiatique, est devenue la cible du clan Ozunu. Traqués, tous deux se lancent dans une dangereuse course-poursuite...

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Note : 7/10

     

    "Pas de pitié, pas de blessés, que des morts"

    Voilà vous savez à quoi vous attendre !

     

    Ninja Assassin

     Ninja Assassin

     

    Bon, Ninja Assassin, c'est un film de gros bourrins. Réalisé par James McTeigue (V pour Vendetta), ici on s'en tape du "pourquoi" : on veut du bon gros fight et des litres de sang. L'histoire ne sert donc que de prétexte - notez bien que le script a été réécrit six semaines avant le début du tournage en seulement 53h - bien que plutôt crédible et intéressante (enlever des enfants et les martyriser pour en faire des armes de guerre ? Chouette ! Comment ça c'est déjà vu ?). J'ai bien aimé les flashbacks sur l'enfance de Raizo qui intriguent et donnent le ton au film, ainsi que la manière dont les thèmes de la loyauté et de l'identité sont abordés.

    Pour moi, Ninja Assassin remplit bien sa mission : on retrouve plusieurs styles d'arts martiaux, les scènes de combats sont magistrales et sanglantes à souhait, et les méchants en prennent plein la tronche ^^.

     

    Ninja Assassin

     

    Sachant que je suis tombée sur ce film par pur hasard, je ne m'attendais pas à tomber sur le beau Bi Rain (Full House, A Love To Kill) en personnage principal ! On voit bien que la réalisation est Américaine pour le coup car notre héros passe plus de temps torse nu qu'habillé ^^. En même temps, heureusement que son (magnifique) corps est mis à l'honneur car il s'est tout de même entrainé 6 mois - à raison de 6 heures par jour - pour l'obtenir. J'ai envie de vous dire que ce film vaut le coup rien que pour la scène finale où il défonce tout le monde (des corps pleins de sueur et de sang en veux-tu en voilàààà).

    J'ai aussi apprécié Mika, une héroïne courageuse et intrépide qui n'hésite pas à mettre sa vie en danger pour notre beau héros (SPOIL // C'est mon côté cucul qui veut ça mais j'aurais aimé qu'ils finissent ensemble bon sang ! //).

     

    Ninja Assassin

    Petit mot de la fin

    Empress Ki

    Si vous aimez les duels acharnés sur fond de transpiration et de sang, ce film est pour vous !

    Ninja Assassin est un bon film d'action sans autre prétention, à voir sans prise de tête. Les fans du genre se régaleront :).

     

    Ninja Assassin

    Enregistrer


    votre commentaire
  •  

    Kenshin

    Kenshin

    Années : 2012 et 2014

    Genre : Action - Historique - Drame - Arts Martiaux

    Durée : 2h15 par film

     

    Acteurs principaux :

    Sato Takeru ► Himura Kenshin

    Takei Emi ► Kaoru Kamiya

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Scénario :

     

    Kenshin est un ancien samouraï/assassin qui a fait le serment, dans un Japon à l’aube d’une ère nouvelle, de ne plus tuer. Depuis lors, il porte à sa ceinture un étrange sabre à lame inversée. Suivi par sa réputation de sabreur invincible, Kenshin devra reprendre le sabre 10 ans plus tard pour défendre cette paix pour laquelle il avait jadis combattu.

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Note : 10/10

     

    Le manga Kenshin est une institution au Japon et, d'une manière générale, les adaptations ont toujours été réussies : le film animé de 1999 et les épisodes animés ont connu un franc succès. Bien que je sois fan du manga, je n'ai jamais entendu parler de cette adaptation en film si ce n'est récemment par pur hasard. Je suis outrée - et encore plus maintenant que j'ai pu constater de la qualité de ces films - qu'il n'y ait eu aucune communication en France à ce sujet. Passons, j'irai hurler au scandale plus tard.

    En tant que grande fan, j'avais évidemment peur d'être déçue (le massacre du film Dragon Ball, on en parle...?) et c'est finalement tout l'inverse : j'ai littéralement adoré. 

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Ma critique portera donc sur la trilogie Kenshin :

    1 -  Rurôni Kenshin : Meiji Kenkaku Roman Tan

    2 - Rurôni Kenshin : Kyoto Inferno

    3 - Rurôni Kenshin : The Legend Ends

     

    A titre informatif, le premier opus est sorti en 2012 (plus gros succès nippon de l'année) tandis que les deux autres sont sortis en 2014 à un mois d'intervalle (succès encore plus important). Avec de tels retours, ça me révolte encore plus qu'ils ne soient pas sortis en France.

     

    Voici, en quatre points, pourquoi les films Kenshin sont excellents :

    1 - L'univers fidèle au manga. J'ai été tellement déçue par certaines adaptations moisies (ex : le désastre de l'animé Samouraï Deeper Kyo) que j'avais bien sur quelques craintes... mais elles se sont vite envolées. L'histoire suit de près le manga tout en nous réservant quelques surprises ; les puristes pourront s’amuser à débusquer les différences tout en appréciant l’adaptation très fidèle de l’univers de Nobuhiro Watsuki. Même si le réalisateur prend quelques libertés avec le scénario d’origine, les trois opus suivent fidèlement les rebondissements des dizaines de chapitres compilés ici en presque 7 heures de métrage. Tout s'ordonne de manière réaliste et fluide, sans pour autant coller à la lettre au manga. On a tout de même droit aux célèbres "Oro" ingénus de la part de Kenshin, tout bonnement craquants ♥.

     

    Kenshin

     

    2 - La réalisation soignée. Déjà, j'aimerais aborder la qualité et la richesse de la reconstitution historique. Tout est dans le détail, que ce soit l'architecture, les costumes (vraiment superbes) ou encore les sabres. Ensuite, et c'est selon moi le point clé du succès de ces films, les scènes de combats sont époustouflantes. L’agilité et la vitesse de Kenshin sont l’occasion de scènes d’action rapides, nerveuses et très immersives, soulignant à merveille le talent de notre héros face à ses adversaires pris de cours. Les combats au sabre sont fluides, haletants et sans merci, et la représentation de la légendaire école de sabre Hiten Mitsurugi - dont Kenshin est le dernier héritier - m'a profondément comblée.

     

    Kenshin

    Kenshin + son Maitre super badass =Kenshin

     

    3 - L'acteur principal. Sans déconner, ils n'auraient pas pu mieux trouver Kenshin ! Takeru Sato est juste parfait dans ce rôle. Sur son visage gracile se lisent tantôt l’innocence lunaire d’un homme ayant trouvé une certaine paix intérieure, et la souffrance d’un assassin à l’agilité surhumaine, qui doit se résoudre à agir, et peut-être à tuer, pour maintenir intacte cette même paix. Takeru Sato a pleinement saisi les contradictions et les paradoxes de ce personnage fascinant. Et puis, accrochez-vous bien, il a exécuté lui-même ses combats (respect total... ♥). Les autres personnages sont bien moins développés mais demeurent crédibles à l'écran. Physiquement, j'ai trouvé que l'ensemble du casting - que ce soit Kaoru, Yahiko, Sanosuke, Megumi ou encore Saito (ancien samouraï badass devenu policier et accroc à la clope ^^) - collait bien avec les personnages du manga.

     

    Kenshin

     

    4 - Les musiques. Les Japonais sont souvent excellents au niveau des bandes-son (Princess Mononoke ♥) et Kenshin n'échappe pas à la règle. A chaque combat, chaque bataille, chaque séquence, la musique me transportait un peu plus dans cet univers et me rendait un peu plus hystérique.

     

    Petit mot de la fin

    Empress Ki

    Laissez-vous transporter dans l'univers de Nobuhiro Watsuki, vous ne serez pas déçus.

     

    Kenshin

    Enregistrer


    8 commentaires
  •  

    We All Cry Differently

    Different Cries

    Année : 2014

    Genre : Drame - Famille

    Durée : 1h06

     

    Acteurs principaux :

    Kim So-Hyun ► Ji-Hye

    Kim Hee-Jung ► La mère

    Son Seung-Won ► Le frère

     


    Scénario :


    "J'aurais préféré que mon père soit mort."

    Ji-Hye, excellente élève, souhaite partir en voyage linguistique pour améliorer son anglais. Seulement, pour recevoir son passeport, elle doit obtenir l'aval de son père avec qui elle a perdu contact depuis son enfance...


    Note : 04/10

     

    J'avais envie de revoir Kim So-Hyun - que j'aime tant depuis I Miss You et que j’idolâtre depuis Who Are You School 2015 -, et j'ai vu qu'elle avait fait ce film. Scénario sympa, format rapide (1h), je me suis lancée ! Et quelle déception...

     

    We All Cry DifferentlyWe All Cry Differently We All Cry Differently

     

     

     

     

    J'ai beau adorer l'actrice et bien qu'elle ait - encore une fois - très bien interprété son personnage, je n'ai pas bien compris le but de ce film ni la morale. J'ai attendu 1h qu'il se passe quelque chose, en vain. Tout était flou, le fil conducteur, le scénario, le rôle des personnages... même la fin, j'ai eu l'impression de finir sur un épisode. Et puis c'est quoi cette évolution super rapide ? Personne ne peut se supporter mais il suffit d'un évènement (où tout le monde chiale - j'ai d'ailleurs trouvé ce passage très mal joué -) pour que tout le monde se réconcilie par magie !? C'est un peu gros quand même. Sans parler des questions sans réponse (Comment l’héroïne obtient-elle l'argent pour partir ? Que font-ils par rapport au père ?) qui ont le don de me frustrer.

     

    Petit mot de la fin

    Empress Ki

    A zapper à moins d'avoir une heure à tuer.


    votre commentaire
  •  

    Mémoires d'une Geisha

    Mémoires d'une Geisha

    Année : 2005

    Genre : Historique - Drame - Romance

    Durée : 2h20

     

    Acteurs principaux :

    Ziyi Zhang ► Sayuri

    Gong Li ► Hatsumomo

    Michelle Yeoh ► Mameha

    Ken Watanabe ► Iwamura

     


    Scénario :


    Quelques années avant la Seconde Guerre mondiale, Chiyo est vendue par son père à une maison de Geisha. Reléguée au rang de servante à cause de sa rivale, elle parvient envers et contre tous à devenir la légendaire Geisha Sayuri en l'espace de quelques mois. Sa beauté, son don pour la parole et son talent pour les arts 
fascinent les hommes les plus puissants. Mais celle qui n'a plus le droit d'aimer reste hantée par l'amour qu'elle porte, en secret, au seul homme qu'elle ne peut atteindre...


    Note : 9/10

     

    En écrivant mon article sur Hwang Jin Yi, j'ai réalisé que je n'en avais même pas fait un pour Mémoires d'une Geisha !

    Pourtant, s'il y a bien un film asiatique que j'aime c'est celui-là ! J'avais à peine 12 ans quand je l'ai vu et je me souviens avoir été émerveillée par cet univers, au point de vouloir le regarder à nouveau le lendemain !

    La découverte du monde des geishas et de la culture japonaise du 20ème siècle m'avait passionnée. Entendre le mot « okiya » ou « hanamachi » me rend maintenant super nostalgique ^^.

     

    Mémoires d'une Geisha

    Le fond et la forme

     

    Ce monde particulier fascine autant qu'il effraye, je trouve que le film retranscrit avec réalisme les bons côtés comme les mauvais. Les décors sont superbes et très typiques de l'époque, la réalisation est impeccable et les musiques sont irréprochables. J'aime aussi la façon dont l'histoire est narrée, cela contribue à cette ambiance générale qui fait qu'on est pris dans l'histoire dès les premières minutes. 

    Le film se découpe en deux parties bien distinctes. La première nous montre l'apprentissage de Chiyo en tant que geisha, comment elle évolue pour devenir Sayuri, la plus célèbre geisha du Hanamachi. La deuxième nous expose comment elle vit après avoir fui la guerre.

    J'ai une très nette préférence pour la première partie qui est, selon moi, la plus envoutante. C'est dans celle-ci que l'on découvre ce qu'est vraiment une geisha, comment elles doivent se comporter, s'habiller (j'ai une forte admiration pour les kimonos, je trouve ces tenues magnifiques et clairement plus belles que les tenues coréennes des Gisaengs) comment elles doivent s'asseoir, servir le saké, danser, jouer de la musique, se laisser désirer, arrêter un homme avec un seul regard... Les complots et stratégies se mettent en place en dépeignant avec justesse toute la dureté de cette communauté.

    La deuxième partie n'est pas mauvaise non plus mais je lui trouve plus de longueurs et des évènements moins intéressants.

     

    Les personnages

     

    Mémoires d'une Geisha

     

    Dans le rôle de Sayuri, on retrouve la magnifique Ziyi Zhang dans une performance à couper le souffle ! J'ai beaucoup aimé ce personnage, à la fois fort et fragile. Il est clair qu'elle n'a pas eu une vie facile en étant premièrement vendue par ses propres parents puis en apprenant par la suite que sa soeur est partie sans elle et qu'elle est orpheline. C'est à force d'efforts, de volonté et de talents qu'elle garde la tête haute et entre dans la légende en tant que plus grande geisha. Admirée, désirée, parfois humiliée et maltraitée, Ziyi Zhang retranscrit brillamment le parcours de notre héroïne .

     

    Mémoires d'une Geisha


    Mais aurait-elle été aussi loin dans la grande Mameha ? Surement pas. J'ai beaucoup aimé cette femme très classe, à la fois douce et stricte. J'ai réellement apprécié sa relation avec Sayuri et la manière dont elle fait d'elle la plus grande geisha de tout Miyako. Comme une mère protectrice, elle prend Chiyo sous son aile et la traite avec bienveillance.


    Mémoires d'une GeishaJ'en arrive à Hatsumomo, un personnage que j'ai aimé bien qu'elle m'ait fait plus de peine qu'autre chose. Il est vrai qu'elle est mauvaise, hypocrite et rongée par la jalousie, mais la fameuse scène où elle est humiliée car découverte avec un homme m'a profondément marquée. D'après moi, si elle avait eu le droit d'aimer, elle n'aurait jamais été aussi cruelle et antipathique. Gong Li est juste incroyable dans ce rôle, aussi talentueuse que charismatique !

     

    Iwamura Ken est brillamment interprété par Ken Watanabe, un acteur que j'affectionne beaucoup depuis son immense rôle dans Le Dernier Samouraï. Ce personnage est un homme bon et plein de gentillesse qui soutiendra indirectement Sayuri. J'ai beaucoup aimé leur relation car malgré la différence d'âge (19 ans), les sentiments développés sont beaux et on a envie d'y croire.

     

     

    Petit mot de la fin

    Empress Ki

    Malgré les quelques longueurs présentes dans la deuxième partie, ce film est un véritable chef-d’œuvre autobiographique qui nous transporte dans l'ère nippone du 20ème siècle avec beaucoup de réalisme. C'est une découverte fascinante tant au niveau culturel, musical que visuel, on en prend plein la vue et plein les oreilles.


    14 commentaires
  • Cyborg Girl


    Cela faisait longtemps que je n'avais pas fait un petit tour du côté du Japon ! Cyborg Girl trainait dans ma liste de choses à voir (si seulement vous pouviez voir la longueur de cette liste...), donc je l'ai un peu lancé sur un coup de tête.

     Je ne vais pas m'étaler mais dans l'ensemble j'ai été très agréablement surprise ! J'ai trouvé que les deux acteurs jouaient bien, que l'histoire était vraiment bien construite (on comprend tout à la fin ce qui donne un côté mystérieux vraiment intéressant) et que l'ensemble du film était bien rythmé. La romance est adorable, convaincante et émouvante, on peut clairement ressentir les sentiments du héros et la force que cela lui procure.

    Cyborg Girl

    En quelques mots, c'est mignon, frais et original, et je n'ai pas vu le temps passer ! Le tout sur une bonne dose d'humour (Cyborg au pays des humains = grosses conneries ^^) et d'action ! En prime, l'actrice est vraiment très jolie ! Je vous le conseille :).

    Cyborg Girl

    L'histoire : Un beau jour, Jiro, jeune étudiant solitaire et taciturne, rencontre la fille de ses rêves. Après une journée passée ensemble, la mystérieuse inconnue repart vers d'autres cieux en un éclair de lumière. Se rongeant le sang au souvenir de la belle, Jiro va attendre un an avant de la revoir... exactement le même jour. Heureux, il ignore encore que... c'est un Cyborg. Note globale : 16/20 Année : 2008Genre : Romance / Drame / Fantastique / Science-fictionActeurs principaux : Ayase Haruka (dans le rôle du Cyborg) & Koide Keisuke (dans le rôle de Jiro)

    Cyborg Girl

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique