•  

    Page Turner

    Page Turner

    Titre alternatif :   Peiji Teoneo

    Année : 2016

    Genre : Drame - Musical - Romance - École

    Nombre d'épisodes : 03 (60 min)

     

    Acteurs principaux :

    Kim So Hyun ► Yun Yu Seul

    Ji Soo ► Jeong Cha Sik

    Sin Jae Ha ► Seo Jin Mok

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Scénario :


    Yun Yu Seul est une jeune élève prodige du piano. Étudiant dans le même lycée d'arts, Seo Jin Mok, également pianiste, nourrit une jalousie et une haine sans fin pour le talent inné de Yu Seul.

    Jeong Cha Sik est un athlète de saut en hauteur dans un tout autre lycée.

    Un jour, Yu Seul et Cha Sik sont victimes d'un terrible accident qui met brutalement fin à leurs carrières. C'est ainsi qu'ils se rencontrent et commencent ensemble une toute nouvelle vie.

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Note : 09/10

     

    Pourquoi seulement trois épisodes, pourquoiiiiiii ?

     

    Page Turner

     ♥
     

    Avis

     

    Honnêtement, ce mini-drama avait le potentiel pour un format plus long type Sassy Go Go (12 épisodes). En même temps, je n'imagine pas ce qu'il serait resté de moi si j'avais eu 12 épisodes pour m'attacher aux personnages (quand je vois comment je me suis attachée à eux en juste 3). Pourtant, j'aurais réellement aimé suivre plus longtemps la progression de nos trois héros dans le monde de la musique et dans leur quotidien, m'attarder sur la romance, voir comment évoluent leurs liens et leurs rapports avec les parents. Il y avait matière à creuser toute la psychologie installée - notamment la remise en question - , ce qui me frustre un peu.

    C'est aussi ce qui prouve que Page Turner a réussi à me convaincre en un temps record. Je me suis immédiatement sentie investie, envoutée par les fonds musicaux, le charisme des jeunes acteurs, la justesse du scénario et la profondeur des personnages.

     

    Page Turner

     

    Non mais déjà, Ji Soo ♥ (Angry Mom, Sassy Go Go, Doctors, Moon Lovers...) et Kim So Hyeon (I Hear Your Voice, Angry Mom, School 2015, I Miss You...) dans un même drama et en rôles principaux, ça ne pouvait que me combler... Et fort est de constater que le talent de ces deux-là crève l'écran.

    Kim So Hyun interprète à la perfection Yun Yu Seul, cette jeune fille mal dans sa peau qui garde tout pour elle et finalement explose || SPOIL - quand elle devient aveugle... ||. J'ai aimé son sale caractère et j'ai aimé qu'elle le garde jusqu'au bout !

    Seo Jin Mok, interprété par Sin Jae Ha (Pinocchio), est un personnage contrasté et très intéressant. La culpabilité qu'il ressent pour Yu Seul est palpable, et j'ai été intriguée par la remise en question de ses croyances, ses envies, et son futur.

    Ji Soo est toujours aussi craquant, et le rôle de Cha Sik lui sied très bien. D'un caractère totalement opposé aux deux précédents, extraverti, joyeux, bruyant, je me suis attachée à son énergie positive tout comme notre héroïne. C'est clairement lui qui donne le rythme et le rire à l'histoire. Son innocence et sa naïveté le rendent absolument irrésistible et j'avoue que le voir attristé dans le dernier épisode m'a littéralement fendu le cœur || SPOIL - Quand il réalise que sa mère lui a menti et qu'on le voit quelques mois plus tôt sur le toit... ||.

    En seulement trois heures, Page Turner balaye avec délicatesse les nombreux sujets qui touchent les jeunes Coréens (la pression parentale et sociétale, le suicide, la concurrence...). L'humour est simple, efficace et omniprésent. Je ne sais combien de fois je me suis surprise moi-même à sourire comme une demeurée. Je revois la scène où Yu Seul engueule Cha Sik en pleine rue en pensant que c'est sa mère, la scène avec le valium ou encore celle où il monte sur le chariot... et voilà que je rigole encore.

     

    Page Turner

    ↑ Descente imprévue en chariot. Je ne m'en remets pas...

     

    L'histoire autour du piano m'a beaucoup plu, c'est réellement l'instrument qui réunit nos protagonistes. La première fois que Yu Seul rejoue suite à son accident est un moment absolument magique. Et elle sourit...

    On a également une multitude de scènes attendrissantes ||SPOIL - notamment celle où Jin Mok joue pour la première fois à la place de Cha Sik. Ce qu'elle lui dit après la prestation m'a autant émue que lui... || qui ne m'ont évidemment pas laissé de marbre...

     

    Page Turner

    Deux moments forts du drama ♥

     

    La morale est belle. J'ai vraiment l'impression que grâce à l'accident, nos héros font passer leurs envies avant celles des autres et deviennent plus heureux. J'ai apprécié que, malgré qu'ils mûrissent, les personnages restent fidèles à eux-mêmes. Yu Seul par exemple garde sa fierté mal placée et son sale caractère malgré son impuissance, Cha Sik garde sa joie de vivre en toute situation et Seo Jin Mok conserve son côté froid et semi-hautain.

    La scène finale est absolument époustouflante. || SPOIL - Ils m'ont tous les trois donné des frissons en jouant le morceau. Cette dernière scène où l'on voit Cha Sik jouer devant sa mère et Yu Seul et Jin Mok sourire à l'issue du concert est probablement la plus belle du drama. || J'ai vécu l'instant comme si j'y étais et ai ressentie une vague d'ondes positives.

     

    Petit mot de la fin

    Empress Ki

    Vraiment, Page Turner est un très beau mini-drama qui aurait mérité une petite dizaine d'épisodes supplémentaires. J'ai passé un très bon moment, j'ai relativisé sur plein de choses, je me suis régalée à chaque morceau de piano, je me suis investie avec les personnages et j'ai jubilé aux moindres signes d'affection de Yu Seul pour Cha Sik et vice-versa.

    Bref, j'ai passé un excellent moment, et j'en redemande !

     

    Page Turner

    Enregistrer

    Enregistrer


    votre commentaire
  •  

    Love In The Moonlight

    Love In The Moonlight

    Titre alternatif : Moonlight Drawn By Clouds

    Année : 2016

    Genre : Comédie - Romance - Historique

    Nombre d'épisodes : 18 (60 min)

     

    Acteurs principaux :

    Park Bo Geom ► Lee Yeong

    Kim Yu Jeong ► Hong Ra On

    Jin Young ► Kim Yun Seong

    Gwak Dong Yeon ► Byeong Yeon

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Scénario :


    Hong Ra On est une jeune fille de 18 ans qui se voit obliger de prendre l'identité d'un garçon après la disparition de son père. Lorsque sa mère disparait à son tour, elle rejoint une troupe de théâtre.

    Endettée, elle devient Eunuque suite à un concours de circonstances. C'est ainsi qu'elle découvrira que Lee Yeong, le noble avec lequel elle s'est liée d'amitié quelques semaines plus tôt, n'est autre que le Prince Hériter en personne... 

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Note : 18/20

     

    Chamallows et Bisounours s'il vous plait !

    J'ai suivi le visionnage de Moon Lovers en même temps que celui-ci et tant mieux, car si ce n'est le contexte historique, tout les oppose ! Tandis que le premier est sombre et dramatique, le second est doux et reposant. Bien sûr, Love In The Moonlight n'est pas rose bonbon mais d'une manière générale, tout est bien qui finit toujours bien.

     

    Love In The Moonlight

     

    Le fond et la forme

     

    Exit les scènes atroces à s'en killer des boites de mouchoirs entières, faites place à Love In The Moonlight, un drama historique, certes, mais frais, pétillant, fun et léger comme on les aime !

    Déjà, la réalisation est impeccable. De la beauté des paysages - mention spéciale aux incroyables plans sur couchers de soleil - aux décors en passant par les costumes, il n'y a rien à redire, c'est un sans faute. Tout est soigné dans le moindre détail.

     

    Love In The Moonlight

     

    Ensuite, les musiques sont p a r f a i t e s. Et vous aussi vous savez à quel point c'est important l'OST, surtout dans les dramas historiques ! Une seule musique de The Princess' Man et je sombre dans la nostalgie... BREF, ce drama bénéficie d'une superbe bande son que je ne me lasse pas d'écouter... Avec un gros coup de cœur pour I Miss You et Gummy... ♥

    Enfin, à nous les rebondissements ! Et oui, pas le temps de s'ennuyer, chaque épisode apporte son lot de surprises. On pourrait penser qu'on connait la fin dès le début... mais je vous assure que vous allez vous faire piéger. || MEGA-SPOIL - Gros CHOC quand on apprend que le Chef des Eunuques est en fait le Chef des rebelles !! Re-CHOC quand on réalise qu'elle est la fille du grand rebelle Hong, et qu'il est en VIE ! #MégaClasse || Ces intrigues donnent beaucoup de saveur au drama, empêchent l'ennui de s'installer et rendent la romance encore plus croustillante. Et encore, je ne parle même pas des derniers épisodes qui font monter l'adrénaline à son maximum !

     

    Love In The Moonlight

     

    Au niveau de la fin, je l'ai trouvée un peu trop irréaliste || MEGA-SPOIL - Les méchants sont punis ; Ra On peut enfin vivre comme une fille et ses crimes sont effacés ; La Princesse Héritière quitte son rôle - pas sûre que ce soit vraiment possible ça - et le Roi (qui du jour au lendemain n'est plus dépressif) "annule" le mariage pour qu'elle puisse se remarier ; Du coup notre Prince Héritier devenu Roi est célibataire et semble vouloir le rester puisqu'il batifole avec Ra On - problèmes à venir avec la réclamation d'un héritier... -  ; Le père de Ra On et toute la rébellion qui sont au taquet depuis 10 ans arrêtent leurs activités du jour au lendemain et sans raison valable ; La Princesse épouse un eunuque - là encore, je ne pense pas que ce soit possible puisque eunuque = castré = pas de descendance = merde assurée - ; L'arrestation des ministres se fait très vite avec des preuves qui sortent un peu de nulle part... || BREF j'ai trouvé cela un peu gros et à la limite de l'utopique. Je ne vais pas m'en plaindre, j'adooooore les happy end, mais là c'est quand même un peu trop en l'espace d'un épisode !

     

    Love In The Moonlight

    .

    Les personnages

     

    Déjà quand j'ai vu que ma petite chouchoute de The Moon That Embraces The Sun (décidément ils ont un truc avec la lune...) avait assez grandi pour tenir un rôle "d'adulte", mon petit cœur était fou de joie. Mais qu'on mette en 1er rôle en face d'elle mon chouchou d'Hello Monster, c'était la cerise sur le gâteau ! J'ai lancé le premier épisode à la minute même où j'ai vu qu'ils étaient les héros... pauvre de moi.

    Je réalise en regardant leurs fiches que tous les acteurs principaux sont très jeunes ! Avoir un tel talent et un tel palmarès à cet âge me laisse envieuse...

     

    Love In The MoonlightPark Bo Geom (22 ans) dans le rôle de Lee Yeong, alias le Prince Héritier. Un mot ? Cute. Son sourire me fait toujours autant craquer... J'ai eu un coup de cœur immédiat pour cet adulte-enfant d'apparence immature et pourri gâté (alors qu'il en a carrément gros sur la patate).  J'ai aimé son côté gamin avec Ra On et l'évolution de leur relation n'a été que bonheur pour mes yeux...! Tantôt super-badass pour combattre aux côtés de Byeong Yeon, tantôt fragile dû à son lourd passé, tantôt confiant pour rabaisser le caquet de tous les ministres, Lee Yeong a plusieurs facettes et n'a fini de m'étonner. Comme dans Hello Monster, je n'ai su résister à sa petite moue, son beau sourire et son visage enfantin...

     

    Love In The MoonlightKim Yu Jeong (16 ans !) dans le rôle de Hong Ra On. Décidément elle n'arrête pas de m'épater. Toujours aussi talentueuse, je l'ai trouvé adorablement intéressante dans ce rôle. Elle a l'art de toujours dire ce qu'il faut au bon moment, ce qui m'a rappelé TMTETS (of course, n'oublions pas que c'est un drama). C'est un personnage frais et rayonnant auquel on s'attache immédiatement, elle est reposante, marrante, courageuse, et sa jeunesse la rend encore plus mignonne (je suis fan de ses petites mimiques). 

    Aparté n°1 - Dans les dramas où la fille se déguise en garçon, j'aime qu'il y ait une vraie raison et qu'elle soit crédible (ce qui n'est pas le cas dans Bromance dont j'ai visionné une partie en parallèle). Ici, plus d'une raison la pousse à se travestir, on comprend, on cautionne, donc c'est un gros +.

    Aparté n°2 - Qu'est ce que j'aime sa voix, ô combien reposante et charismatique...

     

    Love In The MoonlightGwak Dong Yeon (19 ans) dans le rôle de Byeong Yeon , alias le ninja introverti et sexy. Coup de cœur oblige, j'ai toujours un faible pour celui qui est dans ce rôle (Tal Tal dans Empress Ki, Moon Jae-Shin dans Sungkyunkwan Scandal...). En même temps comment résister au mec badass et solitaire qui dort sur les poutres, essuie son corps musclé tout plein de sang tout seul et éduque ses apprentis en marchant entre leurs flèches ? Son regard est très expressif et j'ai aimé sa relation avec le Prince. Lui aussi il a une histoire triste et c'était très intéressant de le voir tiraillé entre deux clans et entre deux fidélités || SPOIL - L'amitié et la confiance du Prince Héritier ou la loyauté envers celui qui l'a recueilli ? ||. Ce personnage a été bien pensé et m'a donc tout particulièrement plu.

     

    Love In The MoonlightJin Young (24 ans) interprète Kim Yun Seong, un second lead plus qu'appréciable. Ami fidèle et amoureux de Ra On, toujours là au bon moment, on est bien dans le cliché du malheureux second rôle, celui qui est parfait mais qui n'aura jamais la fille. Kim Yun Seong sort tout de même son épingle du jeu. Outre son visage doux et son regard plein d'affection, je l'ai trouvé utile - et plus d'une fois ! -, mature et réfléchi || SPOIL - Bon, sauf quand il égorge des mecs juste pour sauver sa belle mais c'est ça qu'on aime ||.

     

    Love In The MoonlightLe Roi Sun Jo (Kim Seung Su) est également un personnage très intéressant. Faible et incompétent comme il le dit lui-même, effrayé, inutile, il nous montre avec brio toute la pression subie par un Roi placé sur le trône dès son plus jeune âge, manipulé voire menacé par ses plus proches conseillés. Un Roi enchainé à son propre trône, impuissant, qui se retrouve contraint d'agir dans l'ombre || SPOIL - Les lettres écrites à l'encre invisible ♥ ||.

     

    Bon, comme d'hab, les ministres sont tous plus pourris les uns que les autres et la reine est à claquer... Les seules qui sortent du lot sont :

    ► la Princesse Myeong Eun qui m'a fait mourir de rire continuellement et est restée une bonne bouffée d'air frais quand tout part en sucette ;

    ► L'adorable petite princesse Yeong Eun qui, du haut de ses 8 ans, nous livre une prestation des plus justes. J'ai été totalement attendrie par sa relation avec Ra On ;

    ► La Princesse Héritière choisie. Pour une fois, on évite les clichés de la peste-tête-à-claque ainsi que celui de la fille-sympa-qui-devient-méchante au profit d'une jeune femme franche, déterminée et raisonnée qui ne choisit pas la voie la plus facile pour rester auprès de celui qu'elle aime. Un très beau personnage.

     

    Plus beau moment ?

     

    Love In The Moonlight

     

     

    La scène de la danse. Mon petit cœur battait fort, très fort, comme celui du Prince en fait. ^^

    Love In The Moonlight

     

     

     

    ET... || SPOIL - Le baiser d'adieu qu'elle lui fait dans le lit... Je ne m'y attendais pas et j'ai failli fondre en larmes... ||

    Petit mot de la fin

    Empress Ki

     Quand tu ne réalises qu'à la fin que c'est déjà la fin, et que tu as avalé en 2 jours 18 heures de visionnage sans même t'en rendre compte, tu réalises que tu tiens un beau bijou devant toi...

    Love In The Moonlight c'est la bouffée d'air frais dont j'avais besoin ces derniers temps, c'est un couple à croquer, une intrigue passionnante et une OST béton. C'est encore un beau coup de cœur du côté des dramas historiques, avec l'immense satisfaction de retrouver Park Bo Geom et Kim Yu Jeong en rôles principaux, amoureux comme jamais...

     

    Love In The Moonlight

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    votre commentaire
  •  

    Descendants Of The Sun

    Descendants Of The Sun

    Titre alternatif : Descended From The Sun

    Année : 2016

    Genre : Action - Comédie - Romance - Guerre - Médical

    Nombre d'épisodes : 16 (60 min)

     

    Acteurs principaux :

    Song Jung Ki ► Yu Si Jin

    Song Hye Kyo ► Kang Mo Yeon

    Jin Gu ► Seo Dae Yeong

    Kim Ji Won ► Yun Myeong Ju

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Scénario :


    Yu Si Jin est le capitaine des forces spéciales. Cette unité militaire d'élite intervient aux quatre coins du monde dans les missions les plus dangereuses et les plus secrètes.

    Alors qu'il se rend aux urgences pour récupérer le portable volé de son meilleur ami, Yu Si Jin fait la connaissance de Kang Mo Yeon, une belle et talentueuse chirurgienne.

    Alors qu'ils tombent amoureux l'un de l'autre, l'opposition de leurs métiers respectifs les mène à se séparer.

    Huit mois plus tard, Mo Yeon se voit affecter à diriger une équipe médicale bénévole à Urk. C'est là qu'elle rencontre de nouveau le capitaine Yu Si Jin...

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Note : 20/20

     

    Comment ce drama peut-il être aussi parfait ?

    Comment chaque épisode a t'il pu me combler à ce point ?

    Descendants Of The Sun est parfait dans ses moindres détails, des scènes d'action aux dialogues en passant par les représentations les plus banales du quotidien.

    Je ne sais pas comment ce drama a fait pour réussir à me surprendre d'épisode en épisode, que ce soit par sa maturité, son dosage parfait, sa gestion parfaite de l'humour, ses acteurs talentueux ou sa panoplie de personnages sur-attachants.

     

    Descendants Of The Sun

    Perso je suis prête à rejoindre les forces spéciales...

     

    Le fond et la forme

    DOTS = Descendants Of The Sun (ils sont toujours trop long les titres...)

     

    - De l'amour et de l'humour, en veux-tu en voilà -

     

    Une romance sans triangle amoureux ? OUI c'est possible, et DOTS nous le montre à la perfection ! La romance principale est juste i r r é s i s t i b l e et s'épanouit aussi bien via des situations improbables (ex : en traversant un champ de mines) qu'à travers une panoplie de petits bonheur du quotidien (ex : au café avec leurs amis).

    Des romances secondaires aussi fantastiques que la principale ? OUI et encore OUI. Entre l'alchimie des officiers Myeong Ju et Seo Dae Yeong et celle du docteur Song Sang Hyeon et de l'infirmière Ha Ja Ae (ah le dossier butterflies... ♥), on est plus que gâté !

     

    Descendants Of The Sun

     

    Je pourrais disserter des heures pour vous expliquer à quel point les romances m'ont comblée, mais je préfère vous laisser la surprise car oui, SI vous n'avez pas vu ce drama, vous allez le commencer de suite. Si si, je ne vous laisse pas le choix.

    Mais si seulement ça s'arrêtait là... En plus des romances p a r f a i t e s, on a THE bromance ! Entre Yu Si Jin et Seo Dae Yeong, c'est une amitié qui vous fera fondre au plus profond de votre être. Ils sont beaux, badass, sont les meilleurs de leur unité et en même temps... sont de vrais gamins qui n'hésitent pas à désobéir aux ordres et à faire les 400 coups. Comment ne pas succomber ?

     

    Descendants Of The Sun

     

    Pour une fois, les éléments qui empêchent nos héros d'être ensemble sont réels et pleins de bon sens, les dialogues sont étudiés et réfléchis. Ils sont aussi d'une manière générale très subtils et emplis de notes d'humour (des noms de code du type "centre commercial" pour "mission très dangereuse" aux surnoms comiques : "Beauté appelle Big Boss"). Et oui, DOTS c'est aussi une bonne dose d'humour simple qui tape pourtant en plein dans le mile à chaque fois. Impossible de compter le nombre d'instants qui m'ont fait sourire voire vraiment rire, mais je peux vous dire qu'il y en a eu un bon paquet !

     

    Descendants Of The Sun

     ↑ Non il n'est pas en mission, il espionne juste sa copine...

     

    Descendants Of The Sun

    ↑ Ça, c'est quand elles les matent courir le matin...

    (on comprend pourquoi)

     

    - Mise en scène et réalisation impeccables -

     

    J'ai eu un gros coup de cœur pour tous les épisodes se déroulant à Urk (pays fictif) : les personnages évoluent au sein de contextes politique et militaire menaçants et périlleux, les passions s’exacerbent et les amitiés se soudent au contact du danger. Un vrai régal !

    C'est probablement l'un des atout majeur du drama : la réalisation est incroyablement soignée. Les plans - notamment à Urk - sont grandioses et les scènes d'action irréprochables. Ils n'ont pas hésité à aller jusqu'en Grèce pour tourner ces plans à Urk. Rien à redire. Ah, si, les placements produits sont gros comme une maison ! Entre Subway, la nouvelle montre connectée ou encore l'application de réservation de voyages... vous aurez le choix ! Mais bon, je pardonne facilement des contrats publicitaires quand on nous offre une telle qualité de drama.

     

    Descendants Of The Sun

     

    Même la fin est parfaite, je ressens un grand vide depuis que j'ai terminé... SPOIL // J'ai envie de suivre l'évolution de notre superbe équipe au Canada maintenant ! // Pas un seul épisode en trop, pas une longueur, c'est un e x p l o i t.

     

    Les personnages

     

    Descendants Of The Sun

     

    Song Jung Ki interprète Yu Si Jin. Impossible, littéralement i m p o s s i b l e de ne pas succomber à son charme. Malicieux, drôle, malin, mystérieux, charmeur, espiègle... je ne sais comment il arrive à exprimer une personnalité aussi atypique juste avec un sourire, un regard. Je ne connaissais pas cet acteur (vu dans Sungkyunkwan Scandal mais il ne m'avait pas marqué) mais j'en suis complètement amoureuse maintenant. Il vient de rejoindre mon top d'acteur préféré, il a un talent monstre et je  crois que ce personnage sera pour lui un fantastique tremplin. Je m'impatiente déjà de le retrouver dans un nouveau drama. Comme quoi "il suffit d'un rôle".

     

    Descendants Of The Sun

     

    Quel bonheur de retrouver Song Hye Kyo (Hwang Jin YiFull House - Autumn Tale) dans le rôle de notre héroïne Kang Mo Yeon. Cette actrice a vraiment trop de talent, sans parler du fait que sa beauté régale les yeux. SI il y a bien un moment où j'ai réalisé l'étendue de son talent, c'est à l'épisode 15 : je peux vous dire qu'à cet épisode, chaque fois qu'elle a pleuré, je dis bien chaque fois, j'ai pleuré avec elle. J'ai ressenti toutes ses émotions par procuration. Sur le coup, je ne savais pas si c'était dû à son talent, aux évènements ou à une sensibilité de ma part... Maintenant je sais que c'est un peu des trois. Toute l'équipe médicale change à la suite des évènements mais Kang Mo Yeon est certainement celle qui évolue le plus. On n'a pourtant pas à faire à un cas extrême (ce n'est pas le cliché de la fille super égoïste qui se transforme d'un coup en bon samaritain, hein), mais l'évolution est visible et intelligemment menée.

     

    Descendants Of The Sun

     

    Je vais radoter un peu, mais le duo  Yu Si Jin / Kang Mo Yeon mérite qu'on s'y attarde. Déjà, leur relation n'est pas commune : lui, il ne la raccompagne pas devant chez elle après le boulot, non, il lui sauve la vie ; elle, elle ne lui cuisine pas un bon petit plat, non, elle le soigne à vif quand il se blesse en mission. Bien sur, une vie commune en terrain dangereux garantie une romance croustillante ! Et pourtant, à côté de cela, on retrouve une multitude de détails qui ajoutent un grain de folie, de la complicité, du rire, de l'alchimie. Qu'est ce qu'ils sont beaux ensemble... Une relation profonde et réfléchie autour de vraies questions, qui ne tombe pourtant jamais dans le mélodrame, ça fait du bien ! Et pour finir... je vous garantie que vous vous souviendrez des baisers ! ♥

     

    Descendants Of The Sun

    .

    Seo - Dae - Yeong ! Je réentends ces trois mots entrecoupés par le timbre grave et militaire de Jin Gu. Dans la série "il suffit d'un rôle", Jin Gu réussit un coup de maitre ! Inconnu au bataillon, son incarnation de Seo Dae Yeong (il me suffit de penser à son nom pour que je le vois la main sur la tempe droite, saluer le commandant chef) m'a conquise. Je trouve que ce personnage est extraordinaire dans sa simplicité. Il n'a rien d'incroyable mais j'ai adoré sa personnalité rigide, droite, son amour aveugle pour Myeong Ju, son regard expressif, et son innocence quand il s'agit de faire des conneries avec Yu Si Jin.

     

     

    Descendants Of The Sun

    J'ai déjà vu Kim Ji Won dans plusieurs rôles secondaires (The Heirs - To The Beautiful You) mais si je ne devais en retenir qu'un seul, ce serait celui-là. Je me suis complètement trompée sur elle au début, pensant qu'elle allait de nouveau interpréter la chieuse égoïste à qui on souhaite juste mettre des claques, sauf que non, ça a été tout le contraire. Yun Myeong Ju a une détermination fantastique et son côté "étouffant" se révèle absolument adorable. J'ai bien évidemment adoré sa relation avec Seo Dae Yeong mais l'amitié qu'elle créé avec Kang Mo Yeon m'a également beaucoup marqué. Sans en faire des tonnes, on sent qu'elles s'apprécient malgré qu'elles essayent de montrer le contraire, et notamment dans les derniers épisodes (SPOIL // L'épisode de deuil qu'elles traversent en même temps m'a pris aux tripes //). Une belle surprise donc !

     

    Eux aussi, ils ont fait de ce drama une merveille, mais je vous laisse visionner le drama pour le découvrir :

     

    Descendants Of The Sun

     

    Petit mot de la fin

    Empress Ki

    J'ai passé un délicieux moment devant Descendants Of The Sun.

    Il est sans conteste mon drama préféré de l'année à ce jour.

    Je veux déjà le revoir.

     

    Descendants Of The Sun

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    1 commentaire
  •  

    Sassy Go Go

    Sassy Go Go

    Année : 2015

    Genre : Comédie - Romance - École - Drame

    Nombre d'épisodes : 12 (60 min)

     

    Acteurs principaux :

    Jeong Eun Ji ► Kang Yeon Du

    Lee Won Geun ► Kim Yeol

    Chae Su Bin ► Kwon Su Ah

    Ji Soo ► Seo Ha Jun

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Scénario :


    Au lycée Sae Bit, la compétition est rude et l'élite formée par les meilleurs étudiants de l'établissement prend de plus en plus d'importance et de poids dans l'organisation. Ainsi, le Real King Club, un club de danse formé par les élèves les moins bien classés de l'école et mené par la jeune Yeon Du, se voit dans l'obligation de fermer à cause d'un coup monté. En effet, les membres du Baek Ho Club, composé des meilleurs élèves et mené par Kim Yeol, voient d'un mauvais œil ces danseurs qui mettent la musique trop fort et les empêchent de réviser.

    Dans cet environnement éducatif bien complexe, Yeon Du va décider de se rebeller et de ne plus subir les injustices imposées par ce lycée.  

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Note : 19,5/20

     

    Encore un drama que je suis déprimée de finir... Quel coup de cœur ! Sassy Go Go n'a pourtant pas le scénario du siècle, mais il a définitivement quelque chose en plus qui le rend unique.

    La performance des acteurs ? La profondeur des personnages ? La finesse des thèmes abordés ?

    C'est un peu tout ça en même temps qui fait que des dramas comme Sassy Go Go, j'en voudrais tous les jours !

     

    Sassy Go Go

     

    Le fond et la forme

     

    Heureusement que je n'ai pas regardé Sassy Go Go pendant la diffusion ! Ce drama d'apparence si simple m'a profondément rendu accroc. Son format court permet d'avoir des épisodes riches, sans longueur et équilibrés. L'histoire et les relations s'installent progressivement à l'aide d'une multitude de détails qui font que tout s'enchaine limpidement et avec réalisme.

    Je pensais que le thème du cheerleading - à l'origine du regroupement entre les clubs Real King et Baek Ho - serait plus développé. Malgré tout, l'ensemble du scénario gravite autour de ce sport. Ce dernier est bien choisi car il véhicule un message fort [supporter quelqu'un de tout son cœur] et significatif pour les personnages. Le cheerleading rapproche ces élèves que tout oppose - milieu social, notes, personnalité - et parvient à les souder (j'ai adoré les entrainements où on les voit souffrir, j'avais envie d'être avec eux ^^).

    Je trouve que ce drama fait un bien fou, je ne compte pas le nombre de passages où j'ai eu le sourire aux lèvres ! L'amitié est forte et bien mise en avant, que ce soit à travers la bromance de Kim Yeol et Ha Joon (je pourrais vous en parler des heures ♥) ou celle de Yeon Do et son  groupe. Un peu comme Soo Ah, j'ai jalousé et envié de telles fraternités.

     

    Sassy Go Go

     

    Comme dans tout drama d'école, on retrouve la corruption, l'inégalité, l'injustice, l'intervention [sur-chiante et agaçante] des parents, bref, tant de thèmes que j'ai du mal à supporter et qui sont ici présents. Pour autant, ils sont bien moins développés que dans Angry Mom ou School 2015, ce qui allège le ton et permet à Sassy Go Go de rester un drama frais et pétillant.

     

    Les personnages

     

    Les protagonistes bénéficient d'une écriture très soignée. C'est en comparant le dernier épisode avec le premier que j'ai pu voir à quel point les personnages se sont épanouis, tous différemment et à leur rythme.

     

    Sassy Go Go

     

    Que voulez-vous, je l'aime, alors je commence par lui. Déjà, notez bien que si je me suis ruée sur ce drama, c'est pour lui : Ji Soo. Comme vous le savez, je suis littéralement tombée amoureuse de Bok Dong [son personnage dans Angry Mom] et je crevais d'impatience de le retrouver dans une autre série. Objectivement, son rôle dans ce drama est quasi similaire au précédent. C'est peut-être dommage me direz-vous, mais ça lui va tellement bien que pour ma part j'étais ravie ^^.

     

    Sassy Go Go

    Sassy Go Go

    Pas très difficile de prêcher une convaincue : j'ai aimé Ha Joon dès les premières secondes. Son histoire m'a encore une fois fendu le cœur, j'avais juste envie de le prendre dans mes bras pour le consoler. Comme je le disais plus haut, chaque héros évolue dans Sassy Go Go et Ha Joon n'échappe pas à la règle. Tel un oignon (paye ton image ^^), on découvre au fil du temps ce qui se cache sous les nombreuses couches de sa personnalité. J'aurais aimé qu'on l'épluche encore et encore mais bon, en 12 épisodes c'était difficilement jouable. SPOIL // Sa relation avec Yeon Do m'a fait fondre comme un marshmallow au dessus d'un énorme feu. Bien qu'il la repousse au début, elle arrive petit à petit à pénétrer sa carapace. J'ai adoré le moment où elle le soigne et inversement quand c'est lui qui la retrouve sur la route... J'ai adoré quand ils essaient de sortir la nuit et qu'ils se font attraper ensemble (avec le petit selfie ♥). Quant à la scène avec les nounours... je crois que c'est le passage le plus beau et le plus simple qu'il m'ait été donné de voir. Je ne suis pas déçue qu'il ne finisse pas avec Yeon Do car j'ai énormément apprécié Kim Yeol, mais bon sang, ils ont intérêt de le mettre dans le premier rôle la prochaine fois !! // Bref, j'ai développé le syndrome Ji Soo.

     

    Sassy Go Go

     

    Malgré mon adoration pour Ji Soo, je n'ai pu résister à Kim Yeol. J'ai complètement redécouvert Lee Won Gun qui ne m'avait absolument pas marqué dans The Moon That Embraces The Sun. Je pense que ce rôle va définitivement lancer sa carrière car il est juste ex-ce-llent. Je ne sais pas ce qui m'a le plus plu entre ses fossettes et son sourire malicieux mais une chose est sure, je suis sous son charme ! Kim Yeol a une personnalité vraiment unique. Il n'a cessé de me surprendre, j'ai du mal à trouver les mots pour le décrire tant il sort du lot. J'ai adoré ce personnage malicieux et ô combien original. Son adorable insolence envers Yeon Do, sa fidélité sans faille envers Ha Joon, son originale façon de voir et traiter les choses, sa manière inhabituelle de draguer ouvertement, de raisonner, d'être honnête et d'assumer. Tout ce petit mélange fait de lui un personnage très subtile et passionnant.

    J'ai été conquise par sa romance avec Yeon Do tant elle coule de source et de simplicité. Au début, il la cherche un peu par curiosité, parce qu'elle l'intrigue et ne le laisse pas indifférent. Puis ils passent du temps ensemble, s'entraident, se comprennent et deviennent complices. Il trouve en elle la personne qui lui fait confiance et l'estime à sa juste valeur, elle trouve en lui un pilier qui la soutient dans ses moments difficiles. Ces deux là respirent le love à plein nez, j'y ai cru comme si c'était vrai.

     

    Sassy Go Go        Sassy Go Go

     

    Et parce que Sassy Go Go ne fait pas les choses à moitié, il nous offre également une superbe bromance entre Ha Joon et Kim Yeol. Ce que j'apprécie, c'est la crédibilité de cette amitié. Elle ne s'est pas faite en 12 épisodes, non, ils sont déjà unis au début du drama et Sassy Go Go nous explique seulement pourquoi ils n'ont que l'un et l'autre. SPOIL // Quant à ce trio qu'ils forment finalement avec Yeon Du, comment dire ? Leur complicité est palpable et les voir rire ensemble, se chamailler, s'inquiéter les uns pour les autres, se défendre et se soutenir m'a rendu folle dingue. A coté, Nobuta Wo Produce c'est d'la chiotte ^^ //. Des amitiés comme ça, ça me fait vraiment rêver (encore plus que le romance).

     

    Sassy Go Go

     

    Eun Ji a littéralement illuminé le personnage de Yeon Do. Elle m'avait déjà bien plu dans Answer Me 1997, mais là elle vient de rejoindre mon top d'actrices coréennes. C'est impossible de ne pas l'aimer tant son sourire est resplendissant et communicatif, ça m'a vraiment frappé dans ce drama. Yeon Do déborde d'énergie et de joie de vivre, c'est une héroïne impulsive et couillue. Mauvaise élève, limite délinquante, elle est du genre à foncer tête baissée et à écouter son cœur plutôt que sa raison.

     

    Sassy Go Go

     

    Derrière son impatience et son côté hâtif se cache une grande maturité sur le plan relationnel (SPOIL // Je pense notamment à ses liens avec Soo Ah. Ses réactions sont vraiment intelligentes et matures malgré tout ce qu'elle subit. Bien qu'elle lui fasse les pires crasses, elle essaye toujours de la comprendre, sans non plus être une bonne poire. //). Ceci explique pourquoi tout ce petit monde gravite autour d'elle, Yeon Do est l'élément central qui soude tout le monde. Elle est totalement dévouée aux autres, peut-être même un peu trop, mais je n'ai pu qu’admirer la confiance aveugle et la générosité dont elle fait preuve pour ses amis. Elle s'attache vite aux gens et inversement, son rayonnement ne laisse personne indifférent. J'ai aimé qu'elle fasse les choses à sa manière et qu'elle prenne les décisions selon ce qui lui semble juste.

     

    Sassy Go GoHa Dong est fragile et stable en même temps. J'ai vraiment aimé son amitié avec Yeon Do car elle était pleine de sincérité - les petits échanges de laits à la fraise ^^ - et sans complication [d'ailleurs j'ai appris qu'ils étaient aussi amis dans la vraie vie, cela explique peut-être pourquoi ils sont si spontanés et naturels ensemble]. J'ai aimé le jeu d'acteur de Cha Hak Yun, simple mais bien adapté au personnage innocent et candide qu'est Ha Dong. Ses rapports avec Soo Ha m'ont aussi marqué, car il ne la juge à aucun moment et continue de lui parler sans arrière-pensée. Quand j'y pense, ce protagoniste est étrange et assez différent des autres, je crois que c'est la raison pour laquelle je l'ai vraiment apprécié !

     

    Sassy Go GoSoo Ah est plutôt une bonne surprise. Je m'attendais à sur-détester celle qui s’annonçait comme la pire peste de service et, bien que j'aurais aimé plus d'une fois que Yeon Do lui claque le beignet, je l'ai trouvé digne d'intérêt. Je l'ai plainte parce qu'elle n'a pas de jeunesse, parce que sa mère lui gâche la vie, parce que tous ses efforts ne sont jamais suffisants et parce qu'elle doit sans arrêt travailler pour lui plaire. Son évolution est intéressante et elle nous offre de très belles scènes (SPOIL // Quand elle  pleure à la fête en disant qu'elle a l'impression qu'on lui arrache le cœur ; quand elle s'avance vers le lac, désespérée ; quand elle sourit à la fin et qu'on la sent vraiment heureuse et épanouie dans ce groupe //. C'est une belle réussite du côté des "méchants" donc.

     

    Sassy Go GoLe professeur Yang Tae Beom... Comment ne pas parler de lui ? J'ai été surprise de retrouver Kim Ji Seok que j'ai l'habitude de voir dans des rôles de con*ards ^^. Et bien je sais désormais qu'il est aussi attachant en professeur honnête que détestable dans Personal Taste ! Il rejoint dès maintenant le groupe des great teachers - notamment composé de Ji Hyun Woo [Angry Mom] et Yankumi [Gokusen] ^^. Heureusement qu'il est là pour montrer que certains adultes croient encore en la justice... Tae Beom aime profondément son métier et soutient ses élèves coûte que coûte, parfois même un peu trop ! Ah ah, j'ai adoré qu'il les laisse enfreindre les règles ^^. SPOIL // J'ai pleuré quand Yeon Do lui annonce qu'elle a trouvé en lui l'adulte en qui elle pouvait avoir confiance. Je suis une petite nature mais c'était vraiment beau. J'ai aussi été émue quand ils soulèvent leurs pancartes pour lui à la compétition... //

     

    Sassy Go GoQuant à notre entraineur Nam Jeong Ah (qui ne doit pas se retourner si j'ai bien compris xD), elle forme une paire fantastique avec Tae Beom. A travers le cheerleading, elle aide les élèves à vivre de bons moments ensemble et à rester souder. Malgré ses airs je-m’en-foutiste - qui m'ont, soit dit en passant, fortement amusée -, elle soutient ses élèves dans l'ombre et c'est beau à voir. SPOIL // Ce moment où elle s'agenouille à la fin pour qu'ils puissent participer restera dans ma mémoire... //

     

    Je ne parle volontairement pas de la directrice - imbuvable et irrattrapable - ni de la mère de Soo Ah et ENCORE MOINS du père de Ha Joon qui rejoignent de ce pas le podium des parents con*ards (voir l'article The Heirs). Médaille d'or pour le père de Ha Joon bien sur, je crois qu'on ne peut pas faire pire...

     

    Petit mot de la fin

    Empress Ki

    Sassy Go Go est une réussite incontestée, mon petit cœur a eu du mal à supporter une telle romance ET une telle bromance ! Si je pouvais commander une saison deux pour Noël, je vous promets que je le ferais !

    Cette série est une bouffée d'air frais, je me suis attachée aux héros comme une bernique à son rocher, j'ai jalousé ces amitiés qui sont toutes plus belles les unes que les autres, et j'ai envié notre héroïne parce que j'aurais aimé vivre cette année scolaire (et cette romance ?) à sa place !

    Définitivement le school drama à ne pas manquer !

     

    Sassy Go Go

     ...

    Enregistrer


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique